» Doué la Fontaine

Histoire

Il y a vingt millions d'années, au miocène, des tortues marines et autres cétacés ondoyaient entre les bancs de coraux sur le territoire de l'actuel Doué-la-Fontaine. Plus tard, l'éloignement des eaux laissa place à une épaisse couche de calcaire coquillier : le falun. Quelques outils et autres pierres polies laissent supposer l'existence d'une vie préhistorique mais les premières traces plausibles d'occupation prolongée du territoire remontent à l'époque gallo-romaine. Doué est déjà au carrefour de routes importantes entre le Poitou, Angers et le Sud de la Loire.



C'est en 814 qu'apparaît pour la première fois le nom de Theoadus - le gué de Dieu - qui se transformera en Doué, lieu de séjour de Louis le Pieux, fils de Charlemagne. Quelques décennies plus tard, les pillages des Normands poussent les populations de la Loire à se réfugier dans les caves profondes de la ville : l'habitat troglodytique s'y développe alors. Au Xème siècle, un incendie ravage la Maison Carolingienne, demeure royale édifiée vers l'an 800 qui, surélevée à cette occasion, devient un véritable donjon rectangulaire. Le bourg en profite pour se fortifier et développer les activités artisanales et commerciales, autour des églises consacrées à Saint-Denis et à Saint-Pierre. L'amphithéâtre des arènes aurait été creusé à cette époque pour y donner des représentations. Le Moyen-Age est pour Doué une longue période de prospérité que troublent cependant les guerres locales avec les seigneurs voisins.



C'est à cette époque que l'on situe le creusement des Arènes pour extraire la pierre. Plus tard (au cours du XVIème siècle), Doué a l'honneur de voir passer et séjourner Catherine de Médicis, Charles IX, Henri de Navarre et Louis XIII. En 1694, Louis XIV, constituant la ville en municipalité, lui donne ses armoiries. Mais c'est véritablement sous l'impulsion du Baron Foullon, Seigneur de Doué, Intendant militaire, puis des Finances sous Louis XVI, que la cité connut ses heures les plus prospères. Restaurant le château de Doué, il fit planter 500 000 peupliers d'Italie, introduisit la luzerne et le sainfouin, et établit les pépinières à Soulanger où il fit bâtir un château. Il fit aménager la fontaine, seul point d'eau de la ville, qui alimentait six moulins, un bassin pour les blanchisseuses et un abreuvoir.



Il fit également construire un Champ de Foire nécessaire à l'expansion du commerce, et surtout il développa, avec l'aide éclairée d'un jardinier royal, la culture des roses qui fait aujourd'hui la réputation internationale de Doué. Le Baron Foullon fut une des premières victimes de la révolution. Le château fut détruit. Seules les écuries furent épargnées. Après la Révolution, Doué connaît l'essor du XIXème siècle. Au début du XXème siècle, les industries locales tournent à plein régime et le développement horticole continu.



La ville trouve, au fil des années qui s'écoulent jusqu'à aujourd'hui, son équilibre entre respect du patrimoine et dynamisme nouveau, pour aborder en plein essor le XXIème siècle.




Doué La Fontaine aujourd'hui

Doué-la-Fontaine, chef lieu du canton, fait partie de la Communauté de Communes de la Région de Doué-la-Fontaine et du Pays Saumurois. Elle est dans le périmètre du Parc Naturel Régional Loire Anjou Touraine (PNR) et adhère au Pôle Touristique International (PTI) :



Liens vers le site de la ville de Doué-la-Fontaine